En ce qui concerne les pays africains qui vendent leur héritage pour des miettes, la Zambie en est incontestablement le roi. Ce pays dispose de la troisième plus grande réserve de cuivre au monde et pourtant, 80 % des Zambiens sont au chômage et 60 % du peuple zambien vit avec moins d’un dollar par jour selon les indicateurs de pauvreté extrême de la Banque mondiale.

Cette situation est en contraste avec celle de l’une des personnes responsables de l’incapacité de la Zambie à bénéficier de façon appropriée de ses richesses naturelles : Ivan Glasenberg. Ce dernier c’est le directeur général de Glencore PLC, une multinationale anglo-suisse de commerce de marchandises qui opère également dans le secteur de l’exploitation minière et, dans l’opinion générale, est en train de réussir un beau coup en Zambie.

Héritage : une mine de cuivre en Zambie. Le pays dispose de la troisième plus grande réserve de cuivre mondiale. (Crédit photo : photosmith2011 via https://www.flickr.com/photos/63744740@N07/)
Héritage : une mine de cuivre en Zambie. Le pays dispose de la troisième plus grande réserve de cuivre mondiale. (Crédit photo : photosmith2011 via https://www.flickr.com/photos/[email protected]/)

Les avoirs nets de Glasenberg en 2016 s’estiment à plus de 3,8 milliards (il est plus riche que Donald Trump !). Cette opulence insolente est inadmissible alors que, chaque année, la Zambie perd 3 milliards de dollars du fait du genre de stratégies d’évasion fiscale légale auxquelles se livrent des entreprises, notamment Glencore.

Les documentaires de la série Why Poverty (Pourquoi la pauvreté), réalisés en 2013, examinent comment Glasenberg a réussi à prendre de l’argent de la Zambie et à l’empocher. Les résultats de l’enquête de ce documentaire constituent un réquisitoire accablant contre la capitulation de l’Afrique face à des multinationales et au détriment du peuple.