Colliers, sacs, tableaux, statuettes, chaussures en cuir, le Village artisanal de Soumbédioune est toujours riche des créations de ses artistes. Des artistes qui proposent une large gamme d’objets de valeurs et de qualité qui reflètent parfaitement la beauté et l’identité africaine. Des sculpteurs en bronze à la peinture sous verre en passant par la maroquinerie, des boucles d’oreilles et bracelets en bois d’ébène, tout y est. Dès son entrée, le décor, riche en couleurs, annonce la qualité des articles qui attendent le visiteur. Le bruit rythmique des sculpteurs ne déplait surtout pas aux oreilles. Et pourtant, jadis vitrine de l’artisanat sénégalais, ce village artisanal a désormais mal.

Situé au quartier de la Médina, qui donne sur la façade maritime de l’Ouest de Dakar, la capitale sénégalaise, Le Village Artisanal de Soumbedioune  a été affecté par des projets urbains de ces dernières années dans cette partie de la ville. C’est surtout le projet de construction d’un tunnel qui a fini d’achever l’aura d’antan de ce haut lieu touristique qui était présenté comme l’un des meilleurs symboles de la « téranga » (hospitalité) sénégalaise.

Devant sa cantine, Modou Diop, vendeur d’objets d’art, a l’air évasif. Pas de client qui se bouscule. Son regard laisse transparaitre Inquiétude et lassitude. Mais, sur ce qu’est devenu leur quotidien, Modou devient rapidement loquace. « Les gens ne viennent plus acheter comme avant, sinon seulement quelques touristes qui se font d’ailleurs rares. Pour vous dire la vérité, ce village artisanal n’existe désormais que de nom», lance-t-il.

Le artisans du village artisanal de Soumbédioune aux abois Crédit Photo Paco

L’angoisse des artisans

La réalisation des infrastructures urbaines sous le régime libéral sous de l’ex-président Abdoulaye Wade n’as pas été sans conséquence pour les artisans de Soumbéioune. En effet, la construction du tunnel est le principal handicap a changé l’environnement du quartier Soumbédioune et altéré l’exposition du village artisanal, autrefois visible depuis le quai de pêche, situé à quelques centaines de mètres. Le site ne draine plus du monde. Aujourd’hui, les pensionnaires du village voient leurs chiffres d’affaires baisser. Ils n’arrivent plus à écouler leurs articles. «Il fut un temps, les passagers pouvaient encore nous visiter au village avec la devanture qui attirait du monde. Mais maintenant même quand tu empruntes le tunnel, tu n’as même pas l’impression que le village de Soumbédioune existe. Le tunnel nous a portés préjudice», confie un autre.

Un village pour « toubabs » ?

Au village artisanal, les visiteurs sénégalais se font rares. Selon les locataires des lieux, les nationaux estiment que les objets d’art sont réservés exclusivement aux « toubabs » (expatriés occidentaux). La consommation locale se trouve ainsi très marginale, déjà que les touristes ne se bousculent pas non.

Il nous a fallu faire le tour du village artisanal pour croiser deux visiteurs : un couple belge. Adrien et Sophie sont au Sénégal depuis Décembre 2016. Arrivé en de séjour, le couple s’est rendu au village artisanal de Soumbédioune à la recherche de souvenirs. « Un ami était en visite au Sénégal il y a de cela cinq ans. Il nous avait offert des objets achetés ici au village artisanal que nous gardons toujours, vu l’originalité de la fabrication. C’est pour cela, je suis venu avec ma femme », a expliqué Adrien, rejoint par sa femme : « J’ai acheté des sacs bien confectionnés et des tambours. Ils sont de vrais artistes. Leur esprit de création me dépasse ».

Masques fabriqués avec le bois d’ébènes. Crédit Photo Paco

Et les frais de location, qui compliquent tout !

Le tunnel n’est pas le seul malheur qui explique la rareté des clients. Pour les artisans, les frais de location des boutiques sont très élevés. A l’approche des fins du mois, le stress s’installe chez ces artisans qui, en plus, doivent répondre aux besoins de leurs familles.

Les pensionnaires espèrent que la réhabilitation du village artisanal de Soumbédioune promise par les autorités se fera dans un court délai.

Sacs en tissus. Crédit Photo : Paco
Le Travail du cuir par les artisans du village artisanal de Soumbédioune de Dakar. Crédit Photo Paco
Abat-jour fabriqué avec du métal. Crédit Photo Paco
Sacs à main en cuir. Crédit Photo Paco
Sénégal ou « Sunugal », les voiliers. Crédit Photo : Paco