Le Sénégal est en pleine refonte de son fichier électoral couplée avec la délivrance de la nouvelle carte d’identité biométrique. Pour les six premiers mois, qui couvrent d’ailleurs la période pré-électorale, la délivrance de cette carte est gratuite. L’engagement de Jaly Badiane consiste surtout à faire profiter cette aubaine à ses compatriotes en les incitant sur les réseaux sociaux à se faire inscrire sur le fichier électoral et se faire délivrer automatiquement la carte biométrique.

C’est après une vague de plaintes de ses compatriotes au sujet du processus de délivrance des cartes que l’activiste a décidé de lancer une campagne sur les réseaux sociaux pour apporter sa contribution à la solution. Ainsi donc, elle a lancé le hashtag #VoixDesUrnes. « Après avoir longtemps hésité, je suis finalement partie faire le dépôt suite au post Facebook d’une amie qui informait que  la commission installée au point E (ndlr : quartier de Dakar) ne connaissait pas d’affluence ce samedi matin là», explique-t-elle. «  Au sortir de là-bas, c’est-à-dire 10 minutes après. Je me suis dit que ce serait bien de publier sur les réseaux sociaux les informations liées aux commissions d’enrôlement : situation, adresse et affluence. J’ai commencé à collecter les informations et les publier sur mes comptes Facebook et Twitter », poursuit la blogueuse.

#Rappel #VoixDesUrnesIl faut aller retirer vos CIN, toutes les personnes qui s'étaient inscrites durant la Foire au…

Posted by Jaly Badiane on Saturday, March 25, 2017

La sensibilisation, un devoir civique

Très engagée sur les questions liées au genre, à la promotion des femmes et à la politique, Jaly met ses compétences et atouts de communicatrice au service des causes qu’elle défend. Si elle a lancé @VoixDesUrnes, c’est qu’elle a estimé que l’information sur les procédure de délivrance de la carte biométrique de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest aux Sénégalais n’a pas assez touché sa cible.

Des plaintes des personnes qui ne savent pas comment composer le dossier à fournir et/ou qui ne maitrisent non plus les lieux de dépôts et les procédures d’exceptions et d’urgence, une défaillance dans la communication… toutes choses devant lesquelles la blogueuse n’est pas restée insensible. « Je me rends compte de l’étendue de l’ignorance de comment faire pour avoir cette nouvelle version de nos cartes d’identité. Et en plus de c’est un devoir citoyen de voter et pour voter il faut s’inscrire sur les listes électorales. Pour cela, il faut nécessairement se rendre aux commissions », confie Madame Badiane.

Au Sénégal et à Dakar, le hashtag #VoixDesUrnes semble bien suivi par les internautes sénégalais.

Il faut rappeler que la période de délivrance gratuite des cartes est de six mois. Passé ce délai, les citoyens sénégalais devront débourser 10.000 Franc CFA (environ 15 euros) pour se la procurer. Ainsi en a décidé le gouvernement.