Plus jeune, il ne pouvait avoir l’autorisation de ses parents de jouer au football qu’à condition qu’à l’école il ait de bonnes notes, Corentin Tolisso a donc du allier les études à sa passion jusqu’à ce que cette dernière ne devienne pour lui une obsession.

Accepté dans le centre de formation de Lyon, il gravit rapidement les échelons, joue dans toutes les catégories avant de se retrouver dans l’équipe professionnelle. Avec cette dernière, il joue son premier match en Ligue 1 le 10 août 2013 contre l’OGC Nice.

Je ne renie pas le Togo, le pays d’origine de ma famille  mais je suis né ici, j’ai grandi ici

L’origine togolaise de son père Vincent a fait penser à la Fédération togolaise de football qu’il peut porter la tunique des Eperviers (équipe togolaise de football). Ainsi donc, Claude Le Roy, sélectionneur national du Togo, a fait des démarches pour le convaincre d’intégrer son groupe. « Je vais essayer de convaincre Tolisso, même si je sais que j’ai peu de chance », avait-il déclaré. L’intéressé, lui-même, étant passé par les sélections nationales françaises de catégories inférieures a toujours manifesté son désir d’intégrer l’équipe fanion de son pays d’adoption, la France.  « Je ne renie pas le Togo, le pays d’origine de ma famille  mais je suis né ici, j’ai grandi ici», confie-t-il à L’Equipe, un journal thématique français.

Devenu l’une des pièces maîtresses du dispositif du coach de Lyon, Bruno Genesio, le nom de Corentin Tolisso figure dans les petits papiers de plusieurs grosses écuries européennes. Si Naples n’a pas réussi en début de saison à l’enrôler, la Juventus multiplie actuellement les démarches pour s’attirer ses services.

Corentin Tolisso, Franco-togolais, milieu titulaire de l’Olympique Lyonais,

Sensible aux progressions fulgurantes du Franco-togolais, Didier Deschamps le convoque pour les deux rencontres des Bleus de mars 2017 respectivement contre le Luxembourg (en éliminatoires du mondial Russie 2018) et en amical contre l’Espagne. Lors du premier match, il est resté sur le banc. La France gagne 3-1. Le sélectionneur français le titulaire pour le deuxième match contre l’Espagne.

Si les champions du monde de 2010 ont gagné 0-2, le jeune milieu de terrain qui découvre l’intensité d’un match international semble en avoir été tétanisé. Maxifoot.fr, dans son analyse lui donne une note de 4/10. « Pour sa première sélection, le milieu lyonnais a été plutôt timide avec une activité assez décevante à la récupération et beaucoup de difficulté à suivre Iniesta », ajoute ce site en commentaire. Toutefois, la qualité du joueur ne peut être minimisée au travers cette seule rencontre, s’accordent des observateurs avisés.

Contrairement à d’autres avant lui, Serge Akakpo, Serge Gakpé qui, Franco-togolais aussi, ont fini par accepter les avances de leur pays d’origine le Togo, Corentin Tolisso, lui a définitivement tourné le dos au pays d’origine de son père au profit de celui de son adoption. Un talent dont le Togo restera privé.