Ce mardi, Robert Kyagulanyi, connu publiquement sous le nom de Bobi Wine, a été arrêté alors qu’il voulait s’adresser à ses partisans. Ce musicien très populaire est un candidat indépendant aux élections législatives dans la circonscription de Kyadondo East  à l’extérieur de la capitale Kampala.

Les médias locaux rapportent que Bobi Wine a été arrêté parce que le président Museveni voulait faire campagne pour un candidat du parti au pouvoir NRM au même lieu que le chanteur. Pourtant, l’artiste a dit avoir eu la permission de faire campagne à cet endroit. La police a alors violemment interpellé le chanteur malgré les protestations de ses supporters et l’a détenu à la station de police de Kira.

« C’est plutôt la police qui fait campagne pour lui. Il prend tout le « vote de sympathie » »

Libération et appel au calme
Le chanteur a finalement été libéré après quelques heures et a lancé un appel au calme à ses partisans qui étaient très en colère : « Je ne veux pas qu’on se souvienne de moi comme un homme violent. La campagne a été pacifique. Je veux que mes partisans restent calme », a-t-il dit après sa libération.

Il a accepté d’aller faire campagne à un autre lieu.

Selon les observateurs, l’arrestation violente de Bobi Wine lui attire plus de popularité. « C’est plutôt la police qui fait campagne pour lui. Il prend tout le « vote de sympathie » », a écrit une observatrice sur Twitter.

Surnommé « Le Président du Ghetto », Bobi Wine a commencé la campagne électorale au mois de mai en tant que candidat indépendant, même si on le soupçonne d’être proche du principal parti de l’opposition FDC.

En 2016, Bobi a publié une chanson très engagée nommée Situka, où il appelle les gens à se lever et se battre pour leurs droits. La chanson commence par ces mots : « Lorsque les choses deviennent difficiles, il faut absolument se battre, surtout lorsque les leaders deviennent des trompeurs et que les mentors deviennent des tortionnaires. Lorsque la liberté d’expression devient une cible, l’opposition devient notre position …« 

S’il gagne, Bobie Wine rejoindra au parlement d’autres artistes ougandais qui se sont lancés dans la politique comme la chanteuse Judith Babirye ou l’acteur Kato Lubwama.