Les parois du vagin constituent une zone ultra érogène. Ce sont des endroits aux multiples terminaisons nerveuses. C’est dans ce lieu où se situe le fameux point « G ». Cet endroit qui paraît parfois mystérieux est pourtant bien précis.  On doit le nom au docteur Ernst  Grafenberg depuis 1944. Ce dernier a certainement dû expérimenter sa découverte sur plusieurs « patientes » pour savoir que toutes les femmes en étaient pourvues, et que le plaisir qu’elles en ont tiré, venait bien du même endroit.

Selon le gynécologue obstétricien sénégalais Abdoulaye Diop, tous les médecins ne sont pas d’accord à l’unanimité sur l’existence du point « G ». « Il s’agirait d’une zone particulièrement innervée, extrêmement sensible du vagin, assurément en regard de la partie interne du clitoris », renseigne-t-il.

C’est ici le « bouton magique »

Le point « G » est situé dans le vagin, pas trop au fond, entre 3 et 5 centimètre après l’entrée, derrière l’orifice par lequel sortent les urines. Deux choses importantes, savoir que le point « G » existe en est une, mais le toucher ou le stimuler en est une autre. « Pour le toucher vous (ou votre partenaire) devez introduire un doigt dans le vagin, la pulpe du doigt vers le haut avec harmonie et intelligence. A partir de là, vous sentirez une zone particulière, différente du reste du vagin, rugueuse et fripée».

Selon notre spécialiste, la stimulation du point « G » déclenche une vague de plaisir pouvant aboutir à l’orgasme. Certaines positions lors des rapports sexuels ont l’avantage  de stimuler  directement le point « G », par exemple la levrette. Docteur Abdoulaye DIOP de dire que la stimulation prolongée et intense du point « G » peut entrainer un orgasme si puissant qu’il s’accompagne d’une éjaculation féminine chez les « femmes-fontaines ».

En effet, certaines techniques de chirurgie esthétique consistent à injecter un produit dans le point « G », pour augmenter la surface et décupler sa sensibilité. Malgré tout, le Dr Diop avertit qu’il est inutile de faire une obsession sur le point « G » avec votre partenaire au point de le transformer en un objet d’exploration forcé.