Grace Kaudha Hailat Magumba, une députée représentant la municipalité d’Iganga, est morte ce vendredi dans un hôpital de Kampala. La jeune femme de 30 ans, enceinte de 5 mois, serait morte de pré-éclampsie, une sorte d’hypertension artérielle qui affecte souvent les femmes enceintes.

« La présidente du Parlement, Rebecca Kadaga, regrette d’annoncer la mort de la députée de la région de Iganga, Kaudha Grace Hailat, qui s’est produite la nuit dernière », a annoncé samedi Chris Obore, chargé de la Communication et des relations publiques au parlement.

« Hailat (…) a d’abord été conduite dans une clinique à Kitintale, une banlieue de Kampala, mais a été plus tard transférée à Case clinic, un hôpital privé haut de gamme à Kampala. Case clinic, aussi, a admis que son état méritait un traitement plus spécialisé qu’il ne pouvait pas donner. Elle a été précipitée à l’hôpital national de référence de Mulago (extension Kawempe) où elle est décédée moins de 30 minutes après son arrivée », rapporte le journal ougandais New Vision.

Les structures de santé mises en cause

Grace Hailat était membre du National Resistance Movement (NRM), parti au pouvoir. Pour beaucoup d’ougandais sur les réseaux sociaux, la mort de la députée un signe que le régime du président Yoweri Museveni , qui vient de passer 30 ans au pouvoir, a failli à doter le pays de soins de santé appropriés.

L’Ouganda est parmi les pays au taux de mortalité maternelle très élevé. «Même lorsque les services de soins de santé sont disponibles, ils ont souvent un personnel insuffisant et sont peu approvisionnés, ce qui peut également avoir un effet négatif  », rapporte le site Chimpreports

« Selon les derniers chiffres officiels d’un sondage sur la santé de 2006, lit-on sur le même site, 16 femmes ougandaises meurent chaque jour d’accouchement et 76 nouveaux-nés sur 1000 n’atteignent pas l’âge de 1 an. »