Le site britannique Metro.co.uk rapporte qu’un Ghanéen a été déporté de Belgique « parce qu’il n’était pas suffisamment gay ».

« L’immigration en Belgique ne veut pas croire qu’il est gay. Ils disent qu’il n’est pas suffisamment gay », s’est plaint publiquement Jurgen Henrickx, le partenaire de Festus, qui a été renvoyé au Ghana où l’homosexualité est illégale. Jurgen et Festus disent être en couple depuis qu’ils se sont rencontrés en 2015.

« Ces deux dernières années notre relation a grandi, grandi et grandi, elle est très bonne », a dit Jurgen à Metro. « Je ne peux pas arrêter de pleurer, être gay est illégal au Ghana et j’ai peur qu’ils vont le tuer. Festus et moi nous crions du matin au soir, nous nous aimons très fort ».

Jurgen veut aller rejoindre son partenaire au Ghana, où l’homosexualité est punie de 3 ans de prison.

Le Ghana « fatigué » des demandes de reconnaissance du droit des homosexuels

Le Ghana est un pays très conservateur en ce qui concerne les mœurs, et où beaucoup considèrent que l’homosexualité est imposée de l’extérieur.

Le président du Parlement ghanéen (Speaker) Mike Oquaye a récemment dit que les autorités ghanéennes sont fatiguées des pressions de l’extérieur qui demandent le respect du droit des homosexuels.

« Suivant ce que Tony Blair a dit… que si nous ne sommes pas conciliant avec l’homosexualité, ça va affecter l’aide qu’ils nous donnent. Honnêtement au vu de ces développements, nous les Africains, sommes également préoccupés de certaines choses qui semblent vraiment intellectuelles… Cela devient un droit humain dans certains pays. Le droit de faire l’homosexualité. Le droit pour un homme de coucher avec un animal. Nous sommes fatigués de certaines de ces choses et nous devons être francs à ce sujet… Je pense que toutes ces questions doivent être sérieusement étudiées », a dit le Speaker cité par Citi FM

D’après Amnesty International, les personnes lesbiennes, homosexuelles, bisexuelles, transgenres et intersexuelles (LGBTI) au Ghana « continuent de faire face à la discrimination, à la violence et au harcèlement de la police »