Alioune Badara Thiam, alias Akon compte donner une dimension mondiale à la plateforme « MusikBi » dont le siège se trouvant à Dakar, et jusqu’ici présent au Sénégal, au Gabon, en Guinée Bissau, en Mauritanie et en Côte d’ivoire.

Akon désormais co-propriétaire de MusikBi

Akon, artiste, musicien (Crédit Photo: Sanslimites)

« MusikBi » est une plateforme qui permet d’acheter de la musique grâce à son crédit téléphonique. Ainsi, le faible taux de bancarisation est la principale raison du choix de ce mode de paiement. A cet effet, « Musikbi » s’inspire des plateformes de vente de musique, telles qu’I-tunes mais elle s’est adaptée au contexte africain. D’ailleurs, elle permet aux artistes d’éviter le coûteux service des distributions de CD donc d’être plus rentables.

« Au Sénégal, les artistes travaillent dur pour faire plaisir à leurs fans, mais tirent le diable par la queue, cette plateforme leur permettra de monétiser leur travail », souligne Akon. Il a par ailleurs rappelé que MusikBi garantit qu’au minimum 60% des revenus reviendrait aux artistes. C’est une façon de contribuer au développement économique et social de ces derniers dont la plupart ne vivent pas de leur art avec le piratage qui gagne toujours le terrain des ventes.

« Les artistes africains ne savent pas comment faire de l’argent avec la musique »

Lors d’un face à face avec la presse nationale et internationale, le nouvel actionnaire majoritaire de « Musikbi » a déploré le manque d’engagement et de courage de certains artistes africains de moderniser la musique sur le continent. Il estime qu’ils ne savent pas aire du business avec la musique.

« J’ai accompli tout ce que je devais accomplir dans ma carrière musicale. Je voulais faire autre chose. J’ai voulu créer une plateforme de vente de musique en ligne, quand on m’a parlé de musikbi, Mbacké Dioum qui est comme mon représentant en Afrique s’est chargé de tout régler et à tout fait pour mettre en place cette collaboration. L’Afrique a plein de potentialités à vendre. La plupart des artistes ne sont pas créatifs et osés pour vendre leur produit » , a expliqué Alioune Badara Thiam dit Akon.

En réalité, « musikbi » appartenait entièrement à des Sénégalais. La maison avait connu des problèmes dans son expansion. Elle n’avait vendu que 15 000 titres, la première année d’existence.  Désormais, « musikbi » pourrait connaitre un bien meilleur sort avec Akon, actionnaire majoritaire.