L’activiste et polémiste anti franc CFA français, d’origine béninoise, Kémi Séba est bien arrivé ce jeudi 07 septembre au matin à l’aéroport d’Orly à Paris à 7 h 15. Expulsé du territoire sénégalais ce mercredi 6 septembre, il avait été embarqué à bord d’un vol Corsair qui a décollé à 23 h 40 pour Paris . Dès sa descente d’avion Kémi Séba, s’est encore montré plus que déterminé à poursuivre la lutte contre le franc CFA. Une expulsion qui défraie toujours la chronique. Le président du mouvement « Urgences panafricanistes » de déclarer : « jamais noyé, juste en apnée ».

La Division des investigations criminelles et la Police ont effectué une descente chez l’activiste Kemi Séba au quartier Sacré-Cœur mercredi 06 Septembre vers 14 heures GMT. Arrêté pour avoir brulé un billet de banque puis libéré, le Président de l’ONG Urgences panafricanistes projetait le lancement dans les prochains jours de plusieurs actions d’envergure dans plusieurs Capitales africaines.

Des arrestations à tous azimuts

Le mouvement Y’en a marre lors d’un rassemblement à Dakar (Crédit Photo: Dakaractu)

Les leaders du mouvement « Y’en a marre » qui étaient à l’aéroport international Léopold Sédar Senghor de Dakar ont été arrêtés par les éléments de la sécurité aéroportuaire. Venus protester contre l’expulsion de l’activiste Kémi Séba, trois des protestataires ont été interpellés par les gendarmes.

Thiat a été le premier a être interpellé puis relâché aux environs de 16 heures. Une arrestation qui n’a pas duré. Après sa libération, le leader du mouvement Y’en a marre a comme d’habitude craché du feu sur le régime de Macky Sall décriant vigoureusement cette décision d’expulser un africain. Selon lui, Macky Sall vient de montrer qu’il est « un véritable tirailleur sénégalais » car, comment peut-on expulser un Africain, un Béninois qui fait partie de la Cedeao se demande-t-il.

Après concertation avec les activistes, proches de Kemi Seba, ils ont décidé d’entrer à l’intérieur de l’aéroport. Une résolution refusée par les gendarmes qui vont interpeller à nouveau Thiat et Simon, un autre membre du mouvement Y’en a marre. Quelques minutes après, Guy  Marius Sagna franchit la zone interdite et se fait arrêté brutalement.

Ces arrestations avaient mis les manifestants dans tous leurs états. Certains n’ont pas hésité à crier à tue-tête leur amertume. Impuissants devant les hommes en bleu, les activistes quittent l’aéroport en traînant les pieds. Ils donnent rendez-vous demain à 10 heures au centre Bop pour une conférence de presse.

Expulsion de Kémi Séba : le ministre de l’intérieur s’explique

Abdoulaye Daouda DIALLO, Ministre de l’intérieur et de la sécurité publique du Sénégal

Par arrêté n° 16235/MINT-SP/DGPN/DPETV/DPE du 05 septembre 2017, le Gouvernement de la République du Sénégal a prononcé une mesure d’expulsion du territoire national sénégalais, à l’encontre du ressortissant franco-béninois Stélio Gilles Robert Capo CHICHI, alias Kémi SEBA, né le 19 décembre 1981, à Strasbourg (France).

Monsieur CHICHI qui se présente comme «Président de l’ONG Urgences Panafricanistes», récemment traduit devant la justice sénégalaise pour des faits de « destruction volontaire et publique par le feu d’un billet de banque ayant cours légal», s’est fait aussi remarquer pour les propos désobligeants qu’il formule à l’encontre des chefs d’Etat et dirigeants africains, et envisagerait de mener des actions préjudiciables à l’ordre public, en appelant à des rassemblements intempestifs sur la voie publique.

Sa présence sur le territoire national constituant une menace grave pour l’ordre public, son expulsion a été prononcée pour devenir immédiatement exécutoire, conformément aux dispositions pertinentes de la loi n° 71-10 du 25 janvier 1971 relative aux conditions d’admission, de séjour et d’établissement des étrangers, modifiée en son article 11 par la loi n° 78-12 du 29 janvier 1978 et du décret n° 71-860 du 28 juillet 1971, relatif aux conditions d’admission, de séjour et d’établissement des étrangers, notamment en son article 36.
Monsieur CHICHI sera mis en route, ce jour, vers son lieu de provenance.

Pour rappel, le Franco-béninois a été arrêté et placé sous mandat de dépôt après une plainte de la Bande Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Jugé le 29 août dernier par le Tribunal des flagrants délits, Kémi Séba a été finalement relaxé. Une décision qui n’agrée point Serigne Bassirou Gueye. Revenant sur la décision rendue par le Tribunal, le Procureur de la République a fait appel. Ce qui va rouvrir les poursuites lancées contre ce dernier pour avoir brûlé un billet de 5.000 F CFA. Face au juge, l’activiste avait expliqué qu’il avait brûlé la coupure pour envoyer un signal fort et non pour manquer de respect à la BCEAO ni à la Justice sénégalaise.