Des magies et des illusions

Courber du fer 12 et 14 autour du cou ou avec son ventre peut résulter d’une force physique exceptionnelle. Cracher du feu n’est pas un jeu d’enfant. Et créer sur place un code de communication pour son mobile est une pure magie. Mélange d’illusion, de magie et de force physique ! Dans les rues d’Antananarivo, certains tours ne font pas toujours le bonheur du public. Le fait de se faire rouler dessus par une voiture par exemple fait fuir certains. Et d’autres par peur, parfois, tentent d’empêcher les magiciens de faire leurs démonstrations.

Très tôt, à 6h 30mn du matin, afin de cibler ceux qui se rendent au travail à 8h, le groupe de 3 magiciens sillonne plusieurs quartiers de la ville. Du lundi au vendredi, ils ne terminent qu’aux alentours de 17 heures. Chaque week-end, l’Avenue de l’Indépendance d’Antananarivo est leur lieu préféré.

magiciens
Jean Rolland Patrick RAKOTOMANDIMBY fait fumer de a cigarette à un serpent

A 40 ans,  Jean Rolland Patrick RAKOTOMANDIMBY est l’un des plus âgés du groupe. Il a débuté sa carrière de magicien en 2002. Il a pu apprendre certaines pratiques de magie auprès d’un Italien de passage à Madagascar qui a vu ses prestations. Petit fils d’un grand père magicien, il croit fermement au côté héréditaire de son talent de magicien.  Pour lui, tout a commencé du jour au lendemain après avoir rêvé qu’il avait avalé un serpent vivant avant de le régurgiter vivant. Stupéfié par son rêve, il a tout de suite tenté le coup avec des petits serpents dans les champs à son réveil et surprise… tout s’est déroulé sans problème.

Actuellement, il subvient aux besoins de sa femme et de ses 3 enfants avec ce qu’il gagne dans les rues. A la fin de chaque démonstration, ces magiciens font le tour des spectateurs. Ces derniers déposent dans leur chapeau, une ‘’cotisation’’ volontaire. Ici rien n’est obligatoire, le gagne-pain du jour dépendra  de la  générosité de chacun.

« Avant, j’ai déjà travaillé comme chauffeur pour un patron Karana (mot couramment utilisé pour désigner communément les Indiens à Madagascar).  Mais je ne gagnais que 140.000 Ariary (40 € ) et à ce prix-là, je devais encore payer mon déjeuner et mes frais de déplacement … Alors qu’en animant dans les rues, il arrive que je gagne jusqu’à 70.000 Ariary (20 € ) l’heure mais en moyenne près de 20.000 Ariary par jour. Je préfère bien de loin ce que je fais maintenant », explique-t-il.

Des magiciens en quête d’une carrière internationale

Jean Rolland Patrick RAKOTOMANDIMBY en pleine action dans une rue d’Antananarivo

A part leur show dans la capitale, il arrive que certains membres du groupe soient invités à présenter en provinces, dans les stades de foot ou animer des fêtes d’anniversaires pour enfants. Confiant de ce qu’ils savent faire, leur plus grand souhait est de faire une présentation devant un public international. Par ailleurs, bien qu’on puisse rester bouche bée en les regardant, ces magiciens souhaitent encore se professionnaliser  dans le domaine. Un désir qui coïncide bien avec le souhait de Jasmin & Jasmine, les deux membres du groupe.

Prestataire de magie les plus connus sur la scène malgache, il désire installer une « Ecole de Magie ». Il en a fait la confidence durant son interview en Octobre 2017 par TV Plus Madagascar, une télévision privée très regardée dans le pays.

Pour Patrick personnellement, cela fait cinq fois qu’il a été invité lors des fêtes d’anniversaire. Mieux encore, il a déjà été invité à faire un show à l’Île de la Réunion et à l’Île Maurice. Mais il n’a pas pu voyager faute de paperasses administratives. En effet, son interlocuteur l’a surtout invité pour reprendre ses tours avec les serpents mais ce fut impossible de voyager avec les animaux.

« Ceci est ma véritable passion et j’aimerais bien qu’on m’aide sur le côté administratif des choses notamment sur le comment pourrais-je emporter mes petits serpents avec moi …», ajoute-t-il avec une lueur d’espoir dans son regard.

Enfin, l’idée de publier des photos sur les réseaux sociaux comme youtube a suscité en lui un très grand intérêt. Mais notre magicien, Jean Rolland Patrick RAKOTOMANDIMBY, ne sait pas trop quoi faire. Il n’est pas familier à  Internet. Lui qui a quitté l’école au primaire en classe de CM2. Néanmoins, il reste convaincu que la magie est le média le plus intéressant. Son souhait: voir un de ses fils, celui qui l’aide déjà à attraper ses serpents dans les champs, suivre ses pas.  Nous leur souhaitons le meilleur…