Revisiter le parcours et l’histoire du président-poète

Bordeaux, une ville française, a, au cours de son histoire, eu un rapport particulier avec l’Afrique. Elle a été le point de départ des expéditions négrières. Ce fut au XVIIIe siècle. Cette métropole, rappelle l’essayiste franco-sénégalais Karfa Diallo, dans une tribune « fut aussi le lieu où l’on envoyait en pension de jeunes de l’élite sénégalaise de six ou sept ans pour y faire leurs études. Ce fut surtout le port d’attache des grandes familles bordelaises qui firent fortune au Sénégal, telles les Maurel et Prom ou les Devès, et jouèrent un rôle important au plan commercial mais aussi politique, au point que l’on parla même du « clan des bordelais ». C’est cette ville pleine d’histoire africaine qui décide, du 10 au 28 novembre 2017, de « vulgariser la part oubliée » de la vie du premier Président de la République sénégalaise, Léopold Sédar Senghor.

Cette exposition qui se déroule actuellement permet aux visiteurs  d’avoir une idée concrète sur  « L’expérience personnelle de Léopold Sédar Senghor, son œuvre politique, sa poésie et les effets de son idéologie politique sur la construction des Etats d’Afrique dans leurs liens avec la France permettent une réflexion approfondie sur l’éternel combat des peuples colonisés pour de nouveaux rapports avec un Occident dominateur », ajoute Karfa Diallo.

15 citations célèbres de Léopold Sédar Senghor

L’ancien président sénégalais est un homme de lettres, et particulièrement de poésie. C’est naturellement qu’il a laissé une immense œuvre littéraire pour la postérité. Dans laquelle nous extrayons quelques citations pour vous.

  • «Femme nue, femme noire
    Vêtue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté »
  • « Est-ce donc vrai que la France n’est plus la France ? »
  •  « Je déchirerai sur tous les murs de France le sourire Banania »
  • « Je dis qu’il n’est pas de paix armée, de paix sous l’oppression. De fraternité sans égalité. J’ai voulu tous les hommes frères »

  • « Le poème n’est accompli que s’il se fait chant, parole et musique en même temps »
  • « Au contraire de l’Européen classique, le Négro-Africain ne se distingue pas de l’objet, il ne le tient pas à distance, il ne le regarde pas, il ne l’analyse pas. Il le touche, il le palpe, il le sent »
  • « La Négritude, c’est l’ensemble des valeurs culturelles du monde noir, telles qu’elles s’expriment dans la vie, les institutions et les œuvres des Noirs. Je dis que c’est là une réalité : un nœud de réalités »
  • « En réalité nos peuples (Arabo-Berbères et Négro-Africains) sont métisses ethniquement et culturellement. Quand je me rends au Maghreb, je me sens chez moi »

  • « Le poème n’est accompli que s’il se fait chant, parole et musique en même temps »

 

  • « L’émotion est nègre, la raison est hellène »
  • « Je ne voulais pas regarder béatement Dieu, mais le chanter et le danser »
  • « Je ne reconnais plus les hommes blancs, mes frères, comme ce soir au cinéma, perdus qu’ils étaient au-delà du vide fait autour de ma peau »
  • « Le piétinement de l’Afrique s’expliquait par le fait que ce continent ait été pendant longtemps en retard culturellement ».
  • « Apprenons à vivre différents et ensemble »
  • « Les racistes sont des gens qui se trompent de colère »

Dans ses œuvres poétiques, celui qui approfondit le concept « négritude » inventé par Aimé Césaire, l’autre grand nom ‘’africain’’,  met l’accent sur les paroles incantatoires le tout dans un univers de civilisation « fédérant les traditions par-delà leurs différences ». Certains ont aimé l’académicien. D’autres l’ont détesté. Un bon nombre de personnes ont même franchi le pas jusqu’à le traiter de symbole de la néocolonisation.

Toujours est-il qu’au cours de la cérémonie des obsèques de Léopold Sédar Senghor organisée par Abdoulaye Wade, à l’époque président de la République sénégalaise,  le 29 décembre 2001 à Dakar, Jacques Chirac alors président de la France a déclaré ceci : « La poésie vient de perdre un maître, le Sénégal un homme d’Etat, l’Afrique un visionnaire et la France un ami ».