A cause de la polémique suscitée par la vente de migrants comme esclaves en Libye, le sommet UA/UE a été dominé par la question de lutte contre l’émigration illégale des Africains vers l’Europe.

La chancelière allemande Angela Merkel a promis un soutien plus fort pour la lutte de l’Afrique contre la migration illégale. Elle a déclaré que l’Europe et l’Afrique partagent « un intérêt commun à mettre fin à la migration illégale et à créer des opportunités légales pour les Africains, à former et à étudier ».

Ça signifie que l’Europe va donner plus d’argent aux pays Africains qui empêcheront leurs citoyens, ou les citoyens des autres pays africains, de se déplacer librement. Si les gouvernements africains cèdent à cette démarche, ce qu’ils risquent de faire, vue que la principale préoccupation de nombreux d’entre eux est de faire entrer l’argent, le sommet d’Abidjan aura été une catastrophe pour l’intégration africaine, qui est un des chapitre clés de l’Agenda 2063, présenté comme la Bible de l’Union Africaine.

Les gouvernements Africains, s’ils veulent garder ne fusse qu’un petit grain de crédibilité, devraient veiller à ne pas prendre des engagements visant à limiter la liberté de circulation de leurs citoyens.

La création des emplois sur le continent est la clé principale pouvant diminuer l’émigration illégale. Pour ça, les pays  africains ont besoin est de mettre au pouvoir des leaders qui ont la passion, ou plutôt l’obsession de tout faire pour promouvoir la création des emplois sur le continent. Comme Donald Trump. C’est la responsabilité des Africains de se débarrasser d’abord des dictateurs et autres corrompus, qui n’ont aucun autre projet que celui de garder le pouvoir par tous les moyens.

Malheureusement ce sont ces dictateurs qui risquent de promettre facilement d’empêcher leurs pauvres de voyager, pour attirer l’argent des Européens. Que leurs citoyens aient le droit de voyager ou pas, cela leur est égal. L’Union européenne devrait veiller à ne pas tomber dans ce piège. Sa politique migratoire nourrit déjà les les réseaux criminelles en Libye, ce n’est pas le moment d’en rajouter, en nourrissant les criminels assis dans les Palais .