Emmanuel Macron accueille ce mardi 12 novembre à Paris, le sommet des deux ans d’anniversaire de la COP21, auquel participe le président ivoirien Alassane Ouatara. Pendant ce temps, en Côte d’Ivoire et au-delà des organisations de la société civile africaine se mobilisent pour demander l’arrêt d’un projet de construction de centrale à charbon à San pedro, ville du Sud-Ouest du pays.

« Aujourd’hui s’ouvre à Paris le sommet de Macron dénommé “One planet summit” en commémoration du deuxième anniversaire de l’accord de Paris. Cette opportunité est idéale pour rappeler à nos dirigeants que “Make our planet great again” ne doit pas juste être un concept creux encore moins un slogan de plus, quand des milliers de personnes subissent très gravement les impacts du changement climatique », lit-on dans un communiqué de presse publié ce mardi.

« La multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes de ces derniers mois est un signal fort pour qu’enfin des actes concrets et cohérents avec un scénario de réduction des émissions de Gaz à effet de serre (GES) soit mis en œuvre. Sans cela l’accord de Paris ne restera qu’un voeux pieux, une charte de bonne conscience… La Société civile africaine,  particulièrement la société civile ivoirienne se mobilise pour dire “NON” au projet de construction d’une centrale à Charbon dans la ville de San Pedro », insistent les organisateurs de la campagne #deCOALonise Côte d’Ivoire liée à une plus vaste campagne deCOALonise Africa qui vise à débarrasser toute l’Afrique des projets d’exploitation d’énergies fossiles dont le charbon.

«  Pas de place pour le charbon en Côte d’Ivoire. Notre pays ne doit pas être une poubelle du fossile, mais une nation exemplaire en matière de transition énergétique », « Le projet de centrale à charbon de San-Pedro doit-être stoppé car les conséquences environnementales et sanitaires sont désastreuses » « @adosolutions la jeunesse ivoirienne vous prie de lui assurer un avenir sain et durable en arrêtant immédiatement le projet des centrales à charbon de San Pedro. C’est une technologie longtemps dépassée », « @adosolutions celui qui interpelle les grands pollueurs semble oublier qu’il est lui-même un ‘petit pollueur’ qui ne fait aucun effort pour promouvoir des énergies propres » sont quelques messages qui ont été partagés et repris sur twitter pendant la journée.

Le 05 Décembre 2016, l’État de Côte d’Ivoire a confié à la société BROTO IPP, filiale à 100% de Snedai Energies, la conception, le financement, la construction, l’exploitation, l’entretien et le transfert de la propriété d’une centrale thermique de production d’électricité à charbon de 2X350 MW à San Pedro (la « Centrale ») avec une capacité de production d’Energie de 4, 885,700 GWH par an sur une période de 30 ans. Les promoteurs parlent « d’une centrale thermique supercritique alimentée au charbon propre ». Mais des organisations de société civile, 350.org , Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE-Côte d’Ivoire) et GPS West Africa estiment qu’« une centrale à charbon est une technologie dépassée dans un contexte mondial où les pays responsables se tournent vers les énergies vertes ».

Le charbon est considéré comme une technologie salissante et dégradante pour l’environnement. D’où des campagnes pour le rejet ou l’arrêt de son exploitation par le monde. Y compris en Côte d’Ivoire !