Il y a plus de deux décennies, le monde tournait le dos au Rwanda alors que des massacres et la souffrance humaine dans le pays faisaient la une des journaux et des télés du monde entier. À la faveur de la détermination et de l’ardeur au travail, ce pays est devenu une source d’inspiration pour d’autres nations africaines. Son président, Paul Kagame, aujourd’hui prêt à accueillir des migrants africains sur son territoire, est un fervent défenseur de l’unité entre Africains et du Panafricanisme.

Dans son discours d’investiture prononcé au milieu de l’année en cours, Kagame a insisté sur l’importance du Panafricanisme. Il a affirmé que : « la gouvernance et la prospérité de l’Afrique ne peuvent être sous-traitées ». En ce qui concerne la présente crise migratoire en Libye, le Rwanda est l’un des rares pays africains à faire montre de sollicitude et à avoir promis d’agir afin d’aider les migrants africains victimes d’esclavage en Libye.

Selon un tweet publié par le ministère rwandais des Affaires étrangères, « Le Rwanda, tout comme le reste du monde, est horrifié par les images de la tragédie qui se déroule actuellement en Libye, où des hommes, des femmes et des enfants africains sur le chemin de l’exil ont été retenus et transformés en esclaves. Compte tenu de la philosophie politique du #Rwanda et de l’histoire de notre pays, nous ne pouvons garder le silence alors que des êtres humains se font maltraiter et sont vendus à la criée comme du bétail. Le Gouvernement et le peuple rwandais sont de tout cœur avec nos frères et sœurs africains qui sont encore gardés en captivité. Le Rwanda n’a peut-être pas les moyens de vous accueillir tous, mais notre porte vous est grande ouverte ».

Le ministère des Affaires étrangères du Rwanda a tendu la main à l’Union africaine et au secteur privé en vue d’un partenariat « afin de s’assurer de pouvoir offrir un minimum de confort à ceux qui sont dans le besoin ».

Réagissant à cette main tendue, Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine a déclaré que : « Je suis grandement reconnaissant au gouvernement du #Rwanda pour son offre d’accueillir jusqu’à 30 000 migrants africains qui languissent en #Libye et de transporter ceux qui souhaitent rentrer dans leurs pays d’origine. Je lance un appel à tous les États membres africains, au secteur privé et aux citoyens africains pour qu’ils mobilisent des ressources et unissent leurs voix pour venir au soutien de leurs frères et de leurs sœurs qui souffrent en #Libye ».

L’Union africaine quant à elle essuie des critiques à cause de la lenteur avec laquelle elle réagit au scandale de l’esclavage Libye. Cet esclavage des temps modernes provoque le courroux de nombreux Africains noirs.