Articles dans la catégorie Arts de vivre


À la UneMigration

Sénégal : des chercheurs se penchent sur le visage religieux de la migration

Réfléchir ensemble sur la migration au prisme de la religion, c’est à cet exercice que des chercheurs du Sénégal et du Canada se sont attelés ce jeudi 18 mai à la Fondation Konrad Adenauer de Dakar. A cette rencontre, le docteur Bakary Sambe, directeur du Centre d’études des Religions de l’Université Gaston Berger de St-Louis, a, entre autres, affirmé que l’expansion en Europe de la confrérie Tidjania a été favorisée par les vagues de migration.

À la UneActualitésDiplomatie et Relations internationales

France : fiertés africaines autour de Macron

Le premier gouvernement du quinquennat du nouveau président français est connu depuis ce 17 mai 2017. Une équipe de 22, à égalité parfaite Homme-Femme. Une promesse respectée par le président Macron qui s’est entouré de « représentants » du continent africain! Mais alors, à quoi (qui ?) pourrait servir cette présence africaine au sommet de la France ?

À la UneLittérature

Henri Lopès : L’écriture c’est comme l’amour, elle se fait en cachette

En février dernier, le public de Douala l’a découvert. Physiquement. Lui dont le premier livre, Tribaliques, a été publié en terre camerounaise. Par les Editions CLE. 30 ans qu’il n’était pas venu. Malgré la fatigue et le poids de l’âge, celui qui a construit une carrière littéraire à côté d’une autre de fonctionnaire national, puis international, a tenu à venir échanger avec les plus jeunes des lycées et collèges de Douala dans le cadre de l’événement «Lire à Douala». Sans oublier deux conférences à la Galerie MAM et à l’Institut Français du Cameroun de Douala. Des échanges qui ont permis d’en savoir plus sur les questions d’identité et de métissage qui parcourent ses écrits depuis plus de 40 ans. Dans l’échange ci-après, il explique son rapport à l’écriture et au Cameroun.

À la UneDiplomatie et Relations internationalesInterviewsLittérature

Odile Biyidi-Awala : « Les diamants de Bokassa ont coûté la présidence à Giscard d’Estaing, tout comme… à François Fillon »

Malgré le poids de l’âge et de l’inconfort physique qui va avec, elle n’abdique pas. Bon pied bon œil, elle scrute et analyse la vie politique française et africaine avec une finesse et une profondeur qui font d’elle une interlocutrice comme on aime. Lors de son dernier passage à Yaoundé, Odile Biyidi-Awala a bien voulu répondre à nos questions sur divers aspects : la vie littéraire africaine, la Françafrique, les élections en France, les problèmes multiples de l’édition et de la diffusion du livre en Afrique à partir du cas du Cameroun ; et enfin de l’amour de sa vie, l’écrivain Mongo Beti dont elle continue d’assurer, plus de 15 ans après sa mort, l’héritage culturel et la mémoire…

À la UneSantéSexe et relations

Calendrier de maternité chez les jeunes femmes, tic tac…l’horloge tourne !

Etudes, carrières professionnelles, choix personnels, autant de raisons (prétextes ?) avancées par les femmes pour repousser, parfois le plus tard possible, le « moment idéal » pour faire un premier enfant. Or, les femmes ne sont pas éternellement fertiles ; donc le temps n’est pas toujours en leur faveur. Il ne faut jamais penser qu’on peut faire un enfant juste parce qu’on le veut, qu’on le décide. Le processus pour tomber enceinte n’est pas entièrement sous notre contrôle et peut prendre du temps. Impossible d’y échapper : l’horloge biologique tourne sans arrêt.