Anani Galley

Concernant l'auteur Anani Galley


Gnassingbé
À la UneA la UneActualités

Togo : ces écrivains qui dégainent leurs plumes contre Faure Gnassingbé

Au Togo, les productions nationales littéraires s’apparentent à des œuvres à « l’eau-de-rose ». C’est une vue très décalée de la réalité. Le pays vit une dictature cinquantenaire dont les ramifications ont restreint tous les compartiments de la société de leur liberté de penser. La pensée est contrôlée. Mais cela ne devrait pas être une excuse pour se dérober. Car l’écrivain est de son temps. Et c’est visiblement pourquoi certains refusent de bâillonner leurs plumes.

Un touriste descendant dans les grottes de Nok
À la UneA la UneTourisme

Togo : grottes de Nok, un bunker naturel multiséculaire qui attend sa reconnaissance mondiale

Dans la région des Savanes, l’extrême nord du Togo, un rempart fossile attire des visiteurs curieux et des chercheurs de sites archéologiques. Il s’agit des grottes de Nok situées à 15 Km du canton de Nano dans la préfecture de Tandjouare et qui existaient bien avant le 16ème siècle. Durant des siècles, elles s’étaient révélées très décisives pour la survie du peuple Moba (les autochtones) contre des envahisseurs étrangers ; et même en temps des razzias.

frontière
À la UneA la UneEnquêtes

Frontière Togo-Ghana : les rackets continuent d’encombrer le passage

Depuis le lundi le 31 juillet dernier, le poste-frontière de Kodjoviakopé (Togo-Ghana) jusqu’alors fermé à 22 heures et ouvert à 6 heures du matin, est ouverte de façon permanente. La décision a été prise par le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé et son homologue ghanéen Nana Akufo-Addo. L’objectif est de « faciliter la libre circulation des personnes et les échanges » entre les deux pays voisins comme le veut l’espace communautaire la CEDEAO. Mais perdure une situation encombrante : les rackets.

À la UneMusique

Togo : Kezita, fière femme rasta et reggae woman

Au Togo, l’artiste Kezita est surnommée « Ghetto girl » du nom d’un titre de son album « So real ». Ce surnom traduit non seulement sa singularité à embrasser la carrière reggae et la philosophie rasta parmi les nombreuses chanteuses que regorge son pays, mais reflète aussi un des préjugés collés aux rastas. Mais, elle assume sans regret son choix.