Assongmo Necdem

Concernant l'auteur Assongmo Necdem

Camerounais, ce diplômé en journalisme bilingue accumule une dizaine d’années d’expérience aussi bien dans la presse écrite que dans le webjournalisme au Cameroun qui lui ont permis de glaner quelques lauriers professionnels. Doctorant en science politique, il est actuellement chef de la rubrique politique au quotidien Le Jour.

camerounais
À la UneA la UneInterviewsMigration

« Les Camerounais n’ont jamais été vus d’un bon œil en Guinée Équatoriale depuis la période coloniale »

Le Cameroun et la Guinée Equatoriale sont deux Etats voisins de l’Afrique Centrale, dont les peuples entretiennent des rapports teintés à la fois d’attirance et de répulsion, selon les moments de l’histoire. Ce type de liens remonte à l’époque coloniale alors que l’île de Fernando-Po était sous la domination espagnole. C’est une histoire des migrations entre le Cameroun et la Guinée Equatoriale, revisitée par le chercheur camerounais, Delmas Tsafack.

À la UneA la UneArtsHistoireIdentité africaineInterviews

Monique Rocourt, ex-ministre d’Haïti : « Nous avons été vendus par nos frères… depuis la Guinée, le Nègre haie le Nègre »

Leçons d’un premier retour aux sources. Du 20 au 22 juin 2017, cette Haïtienne a séjourné au Cameroun le temps du symposium sur l’ancien port négrier de Bimbia, autour du thème : « Bimbia, lieu d’esclavage, mémoire de l’humanité ». Ancienne ministre de la Culture, Monique Rocourt coordonne aujourd’hui à Haïti le programme « Anneaux de la mémoire », qui vise à mieux faire connaître au grand public l’histoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs conséquences actuelles. Elle souligne l’importance d’une reconnexion avec l’Afrique alors qu’Haïti a retrouvé la mémoire de l’esclavage.

À la UneHistoireIdentité africaineInterviews

« Pendant 190 000 ans il n’y avait que l’Homme noir sur la Terre…En 1236, les Africains avaient déjà une constitution », Pr Kum’a Ndumbe III

Le Professeur émérites des universités, historien, politologue et spécialiste des études germaniques, et Camerounais Kum’a Ndumbe III reprend la parole pour demander la décolonisation de l’histoire africaine. Ce projet passe, selon lui, par le retour aux langues du continent, la constitution des archives propres et la collecte des témoignages vivants pour redécouvrir l’Afrique millénaire et la remettre au centre du monde. L’engagement de ce panafricaniste porte sur la renaissance de l’Afrique, la réhabilitation ainsi que l’examen autocritique des cultures africaines et de l’histoire du continent. Il a fondé depuis les années 1980 le centre culturel AfricAvenir…

À la UneDiplomatie et Relations internationalesTransport

Accident d’Eseka : au Cameroun, la France au secours de Bolloré ?

L’ambassadeur de France, Gilles Thibault, a été reçu par le président Paul Biya, le 31 mai dernier, quelques jours après la publication du rapport d’enquête qui incrimine la société Camrail détenue à 77% par le groupe français Bolloré. La diplomatie entre en scène dans le dossier du drame ferroviaire qui avait fait 79 morts, au moment où le chef de l’Etat camerounais a prescrit des mesures qui pourraient menacer les intérêts français et l’image de marque de l’ex-puissance coloniale.

A la UneArts de vivreDémocratie et gouvernanceInterviews

Mathias-Eric Owona Nguini : «La Françafrique n’a pas disparu, elle résiste !»

Deuxième partie de l’interview du politologue camerounais Mathias-Eric Owona Nguini revient sur la situation politique au Gabon au lendemain de la présidentielle. Il revient ici sur les scénarios possibles autant de la gestion du pouvoir que de la contestation politique au Gabon. Il se prononce également sur le sort de la Françafrique qui à ses yeux continue son chemin et tente toujours d’influencer les relations de certains pays africains et leur ancien colonisateur, la France.

A la UneArts de vivreDémocratie et gouvernanceInterviews

Alawadi Zelao : «l’anglais et le français sont le sel de l’identité commune et de la citoyenneté au Cameroun »

Spécialiste de sociologie politique, il analyse les dynamiques qui sous-tendent les revendications anglophones au Cameroun. Mettant en exergue les défaillances de la gouvernance, il propose la création d’un Observatoire national des politiques publiques chargé de visualiser en temps réel pour apprécier les dotations par région ou par localité. Pr Alawadi Zelao s’exprime ici sous sa casquette de coordonnateur du Groupe de recherche sur les dynamiques sociales et politiques (Gredysop) basé à Yaoundé. Il est aussi le vice-doyen de la faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université de Dschang au Cameroun.

A la UneArts de vivreDémocratie et gouvernance

Cameroun : quand les anglophones grondent !

Les étudiants ont manifesté. Les avocats et les enseignants sont entrés en grève, et ont organisé des marches appuyées par la population. Au rang des revendications, il y a la préservation de l’identité des anglophones et une meilleure présence de leurs ressortissants dans les sphères du pouvoir, sachant que cette minorité représente 20% de la population face à la majorité francophone. Il y a aussi la redéfinition de la forme de l’Etat et tout simplement l’amélioration des conditions de vie. Le gouvernement a réprimé les manifestations, alors qu’il est attendu sur les mesures à prendre. L’élite politique anglophone ne s’entend pas sur l’existence d’un «problème anglophone» au Cameroun.

A la UneArts de vivreElections

Un politologue analyse la crise électorale au Gabon

L’universitaire camerounais est le coordonateur scientifique de la Fondation Paul Ango Ela de géopolitique en Afrique centrale. Il analyse les positions des différents acteurs dans la crise postélectorale au Gabon : le clan du président Ali Bongo Ondimba, la coalition de l’opposition menée par Jean Ping, mais aussi les partenaires internationaux du Gabon. L’enseignant de science politique établit des perspectives sur la nouvelle gouvernance du Gabon et sur la nouvelle place du pays dans la Françafrique. Pour lui, le pouvoir et l’opposition doivent chacun se démarquer par une offre politique en rupture avec des pratiques vieilles de 40 ans. Cet entretien dense et édifiant sera présenté ici en deux parties. Dans celle qui suit, le chercheur analyse la bataille électorale et le rôle de la communauté internationale.