Gaston Bonheur Sawadogo

Concernant l'auteur Gaston Bonheur Sawadogo


terroristes
À la UneA la UneActualitésInterviewsPaix et Sécurité

« Face aux terroristes, il ne faut pas répondre par de la pure démocratie »

Le journaliste doit-il donner la parole aux groupes terroristes ? La question est tant actuelle que sujette à débats. TIA s’y est intéressé en s’approchant d’Emile Pierre Bazyomo, à l’occasion de la 7ème édition du Festival international de la liberté d’expression et de presse tenue du 8 au 11 novembre dernier à Ouagadougou, la capitale burkinabè, sous le thème : « Défis sécuritaires en Afrique : rôle et responsabilité des médias ». Celui-ci est enseignant chercheur en Science de l’information et de la communication à l’Université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo.

L'Evénement
À la UneA la UneMédia

Média : L’Événement, un prolongement du travail de Norbert Zongo au Burkina Faso

13 décembre 1998. Le régime de Blaise compaoré espérait acter la mort du journalisme critique en assassinant et en brûlant Norbert Zongo, fondateur et directeur de publication de l’hebdomadaire L’Indépendant. Ce journaliste d’investigation dénonçait en effet avec force la mauvaise gestion des ressources publiques et les atteintes aux droits fondamentaux de la personne humaine par le pouvoir. Son sort est définitivement scellé lorsqu’il a révélé au public que la mort de David Ouédraogo, chauffeur de François Compaoré, accusé de vol d’argent par son patron, est un meurtre commis par des éléments du Régiment de sécurité présidentielle. Sauf que les cendres fumantes de Norbert Zongo ont donné naissance à une race de journalistes qui poursuivent son œuvre à travers ce que l’on pourrait appeler son héritier : le bimensuel L’Evénement. Focus sur ce journal « impertinent ».

agricole
À la UneA la UneAgricultureFemme

Yelemani : la croisade de Blandine Sankara et les siennes pour une souveraineté alimentaire au Burkina Faso

Les intrants chimiques ont actuellement le vent en poupe dans la production maraîchère. Leur utilisation est en effet la règle générale pour produire vite et abondamment. Mais au sein de l’association Yelemani, on prêche une autre évangile : la culture exclusive de légumes biologiques malgré des terres arides, des insectes ravageurs, un processus de production long et beaucoup plus pénible ; un choix derrière lequel se cache un engagement politique en faveur de l’environnement et de l’humain.

À la UneA la UnePaix et Sécurité

Kogleweogo, la milice d’auto-défense dont les pratiques divisent le Burkina Faso

Structures d’auto-défense d’initiatives locales, les kogleweogo foisonnent depuis près d’une décennie face à l’incapacité de l’Etat d’apporter une réponse adéquate à l’insécurité grandissante. Si leurs actions d’éclats dans la protection des personnes et des biens sont incontestables, ils s’illustrent cependant par la violation des droits humains et la défiance de l’autorité de l’Etat.