Parfait Tabapsi

Concernant l'auteur Parfait Tabapsi


danse
À la UneA la UneArts

Danse contemporaine : l’Ecole des Sables du Sénégal refuse de mourir

C’est la journaliste sénégalaise Aisha Deme qui a tiré la sonnette d’alarme il y a quelques mois. Depuis, de bonnes volontés se sont manifesteés et ont permis à cette institution de prolonger une vie déjà longue de 18 années au cours desquelles elle a contribué à former de jeunes danseurs du continent. A la faveur de la deuxième édition des Ateliers de la pensée de Dakar qui mettait à l’honneur l’art et les idées, nous avons fait le déplacement de Toubab Dialaw, à une demi-heure de Dakar, pour voir où en était cette école réputée, en sonder le devenir et rencontrer sa promotrice Germaine Acogny. Reportage.

biennale
À la UneA la UneArtsInterviews

10 questions à Marie-Ann Yemsi, autour de la 11e biennale de photo de Bamako

C’est en marge de la 2è édition des Ateliers de la pensée, le rendez-vous des intellectuels et des artistes qui s’est tenu à Dakar (1-4 novembre 2017), que nous avons rencontré celle qui pilote l’équipe des commissaires de la prochaine biennale de la photo de Bamako (2 décembre-31 janvier 2018). Diplômée en sciences politiques, elle conseille les fondations à Paris où elle vit depuis une dizaine d’années via le label Agent créatif(s) qu’elle a mis sur pied. Dans l’entretien ci-contre, elle explique la sélection des artistes, les activités au programme, le sens de la thématique de cette année qui est «Afrotopia» et son rôle de commissaire.

Célestin Monga
À la UneA la UneSuccess Stories

Célestin Monga : parcours d’un brillant Africain et banquier dissident

Si la science économique est son dada, il a connu la gloire comme acteur de la société civile et trouve le temps depuis plus de 30 ans pour réfléchir et publier sur le continent africain. Vice-président de la Banque Africaine de développement après avoir servi à la Banque Mondiale et à l’Onudi (Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), Célestin Monga figure aujourd’hui parmi les intellectuels dont la dissidence, les publications et les analyses philosophiques font autorité. Non sans soulever quelques polémiques…

Justin Bowen
À la UneA la UneArts de vivreCélébrités

Justin Bowen : grand cœur camerounais au service de la musique !

Pianiste, auteur-compositeur et arrangeur, il promène sa silhouette dans la musique depuis quatre décennies. Avec au compteur des faits d’armes d’importance comme la direction de l’orchestre de Manu Dibango, l’accompagnement de talents musicaux nationaux, et la réalisation de deux albums remarqués sur les possibilité de la musique du Cameroun. Portrait.

Ousmane Aledji (Photo : Parfait Tabapsi)
À la UneA la UneArts

Bénin : Ousmane Aledji, « La création est un territoire de résistance ! »

Avec Ousmane Aledji, l’adage qui veut que l’écriture mène à tout est vérifié. Journaliste au départ, il est devenu artiste et promoteur culturel, sans doute par nécessité. Comédien et metteur en scène reconnu, celui qui se présente volontiers comme un «insomniaque heureux» a créé en 2009 un espace culturel qui fait la fierté de son pays. Un îlot de préservation et de valorisation des richesses artistiques et culturelles du continent. Il fait ici le point d’une initiative déterminée à poursuivre sa longue marche dans un pays et un continent qui en ont tant besoin.

Alimentation
À la UneA la UneAgricultureIdentité africaineInterviews

Sa majesté Bruno Mvondo : valoriser l’alimentation patrimoniale des Africains

En mai dernier, le Centre international de recherche et de documentation sur les traditions et les langues africaines (CERDOTOLA) a réuni, trois jours durant des chercheurs et des responsables traditionnels à Yaoundé pour un atelier sur l’alimentation patrimoniale des Africains. Le chef traditionnel Bruno Mvondo du Cameroun, par ailleurs conseiller au bureau du Conseil panafricain des autorités coutumières et royales d’Afrique et coordonnateur Afrique du Réseau des chefs traditionnels et rois d’Afrique pour la gestion durable de la biodiversité et des écosystèmes des forêts a accepté de partager avec nous les enjeux de cette question fondamentale dans le devenir du continent.

chercheur sénégalais Alpha Bah qui travaille à l’Ecole nationale supérieure d’agriculture de Thiès (Ph. Parfat Tabapsi) évoquant le Lacciri e haco
À la UneA la UneIdentité africaineInterviews

Sénégal : le « Lacciri e hako », plat et marqueur social par excellence des Peuls

Le plat «Lacciri e hako» est l’un des marqueurs sociaux des peuls au Sénégal, assure le chercheur sénégalais Alpha Bah qui travaille à l’Ecole nationale supérieure d’agriculture de Thiès. Dans l’interview ci-contre, il explique en quoi ce repas traditionnel qui résiste au temps et ses aléas continue de rendre fier ce peuple de son pays. Avec une recette dont la préparation et le service obéissent à un rituel toujours respecté, pour le plus grand bien de l’identité du peuple Poular.

À la UneA la UneDémocratie et gouvernanceHistoireIdentité africaine

Cameroun : Mgr Albert Ndongmo, portrait de l’« évêque du tonnerre »

Mort en mai 1992 au bout de 17 ans d’exil, l’ancien évêque de Nkongsamba voulait autonomiser financièrement son diocèse et prêcher un christianisme en prise avec la réalité. Oubliant que ni le Vatican ni le pouvoir de Yaoundé voyaient cela d’un mauvais œil. Il fût accusé de tentative de coup d’État, condamné à mort, gracié et exilé. Sans que sa mémoire ne disparaisse auprès des fidèles catholiques et de ses compatriotes qui continuent de s’en souvenir. Portrait.