Articles dans la catégorie Identité africaine


Alimentation
À la UneA la UneAgricultureIdentité africaineInterviews

Sa majesté Bruno Mvondo : valoriser l’alimentation patrimoniale des Africains

En mai dernier, le Centre international de recherche et de documentation sur les traditions et les langues africaines (CERDOTOLA) a réuni, trois jours durant des chercheurs et des responsables traditionnels à Yaoundé pour un atelier sur l’alimentation patrimoniale des Africains. Le chef traditionnel Bruno Mvondo du Cameroun, par ailleurs conseiller au bureau du Conseil panafricain des autorités coutumières et royales d’Afrique et coordonnateur Afrique du Réseau des chefs traditionnels et rois d’Afrique pour la gestion durable de la biodiversité et des écosystèmes des forêts a accepté de partager avec nous les enjeux de cette question fondamentale dans le devenir du continent.

chercheur sénégalais Alpha Bah qui travaille à l’Ecole nationale supérieure d’agriculture de Thiès (Ph. Parfat Tabapsi) évoquant le Lacciri e haco
À la UneA la UneIdentité africaineInterviews

Sénégal : le « Lacciri e hako », plat et marqueur social par excellence des Peuls

Le plat «Lacciri e hako» est l’un des marqueurs sociaux des peuls au Sénégal, assure le chercheur sénégalais Alpha Bah qui travaille à l’Ecole nationale supérieure d’agriculture de Thiès. Dans l’interview ci-contre, il explique en quoi ce repas traditionnel qui résiste au temps et ses aléas continue de rendre fier ce peuple de son pays. Avec une recette dont la préparation et le service obéissent à un rituel toujours respecté, pour le plus grand bien de l’identité du peuple Poular.

À la UneA la UneDémocratie et gouvernanceHistoireIdentité africaine

Cameroun : Mgr Albert Ndongmo, portrait de l’« évêque du tonnerre »

Mort en mai 1992 au bout de 17 ans d’exil, l’ancien évêque de Nkongsamba voulait autonomiser financièrement son diocèse et prêcher un christianisme en prise avec la réalité. Oubliant que ni le Vatican ni le pouvoir de Yaoundé voyaient cela d’un mauvais œil. Il fût accusé de tentative de coup d’État, condamné à mort, gracié et exilé. Sans que sa mémoire ne disparaisse auprès des fidèles catholiques et de ses compatriotes qui continuent de s’en souvenir. Portrait.

À la UneA la UneCélébritésIdentité africaine

Palais du Danhomey : un symbole du prestige des rois d’Abomey dont Gbehanzin, l’un des plus célèbres

S’il y a des noms que l’histoire retient plus dans l’histoire du Danhomey (actuel Bénin), c’est celui de ses vaillants rois et guerriers dont Gbehanzin. Ce puissant guerrier et homme mystique qui a su se dresser face aux colonisateurs jusqu’à ce que, selon l’histoire, il ne soit trahi par un des siens. Le prestige de son règne, c’est aussi la forme architecturale de ses palais et de ceux de ses successeurs. Les palais royaux d’Abomey, c’est la découverte de #BonjourAfrique de ce lundi 3 juillet 2017. Visite guidée…en textes et images !

À la UneA la UneArtsHistoireIdentité africaineInterviews

Monique Rocourt, ex-ministre d’Haïti : « Nous avons été vendus par nos frères… depuis la Guinée, le Nègre haie le Nègre »

Leçons d’un premier retour aux sources. Du 20 au 22 juin 2017, cette Haïtienne a séjourné au Cameroun le temps du symposium sur l’ancien port négrier de Bimbia, autour du thème : « Bimbia, lieu d’esclavage, mémoire de l’humanité ». Ancienne ministre de la Culture, Monique Rocourt coordonne aujourd’hui à Haïti le programme « Anneaux de la mémoire », qui vise à mieux faire connaître au grand public l’histoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs conséquences actuelles. Elle souligne l’importance d’une reconnexion avec l’Afrique alors qu’Haïti a retrouvé la mémoire de l’esclavage.

À la UneArts de vivreIdentité africaine

« Mbongo ya taxi », la solidarité bantoue dans les transports en commun à Kinshasa

A Kinshasa, capitale de la RDC, on ne refuse généralement pas de l’argent à celui qui en demande pour se payer une course dans un transport en commun! Le « Salisangai na mbongoya taxi ndeko», qui signifie en Lingala « aide-moi avec l’argent pour payer mon taxi mon frère !» est très courant, et les gens s’exécutent facilement parce qu’ils savent que pendant les mauvais jours sont vite arrivés et qu’ils peuvent aussi se retrouver à demander ce service.

À la UneHistoireIdentité africaineInterviews

« Pendant 190 000 ans il n’y avait que l’Homme noir sur la Terre…En 1236, les Africains avaient déjà une constitution », Pr Kum’a Ndumbe III

Le Professeur émérites des universités, historien, politologue et spécialiste des études germaniques, et Camerounais Kum’a Ndumbe III reprend la parole pour demander la décolonisation de l’histoire africaine. Ce projet passe, selon lui, par le retour aux langues du continent, la constitution des archives propres et la collecte des témoignages vivants pour redécouvrir l’Afrique millénaire et la remettre au centre du monde. L’engagement de ce panafricaniste porte sur la renaissance de l’Afrique, la réhabilitation ainsi que l’examen autocritique des cultures africaines et de l’histoire du continent. Il a fondé depuis les années 1980 le centre culturel AfricAvenir…

À la UneA la UneIdentité africaineReligion

« Sukëru kor », la guerre des belles-filles et co-épouses pendant le Ramadan au Sénégal

C’est une pratique devenue une tradition au Sénégal. Une femme mariée doit offrir un cadeau à sa belle-famille durant le mois du Ramadan. Et entre les coépouses, c’est une occasion pour se mesurer. Le « Sukëru kor », comme on appelle cette pratique en wolof, est diversement apprécié aujourd’hui des Sénégalais. Alors que les uns la considèrent comme une obligation sociale, c’est un gaspillage inutile pour les autres.