Articles dans la catégorie Interviews


chercheur sénégalais Alpha Bah qui travaille à l’Ecole nationale supérieure d’agriculture de Thiès (Ph. Parfat Tabapsi) évoquant le Lacciri e haco
À la UneA la UneIdentité africaineInterviews

Sénégal : le « Lacciri e hako », plat et marqueur social par excellence des Peuls

Le plat «Lacciri e hako» est l’un des marqueurs sociaux des peuls au Sénégal, assure le chercheur sénégalais Alpha Bah qui travaille à l’Ecole nationale supérieure d’agriculture de Thiès. Dans l’interview ci-contre, il explique en quoi ce repas traditionnel qui résiste au temps et ses aléas continue de rendre fier ce peuple de son pays. Avec une recette dont la préparation et le service obéissent à un rituel toujours respecté, pour le plus grand bien de l’identité du peuple Poular.

À la UneA la UneInterviews

Huit questions à Kodjovi Obilalé, ex-footballeur togolais, rescapé de l’attentat de Cabinda

En route pour la CAN 2010 en Angola, les bus des Eperviers ont été attaqués par les rebelles du Front de libération de l’enclave de Cabinda (FLEC) le 8 janvier. Bilan : deux morts (Stan Ocloo et Amélété Abalo). Le gardien Kodjovi Obilalé, grièvement blessé est devenu handicapé à vie. Aujourd’hui éducateur au sein de l’association ‘’Remise en jeu’’ basée à Lorient en France, il travaille pour la réinsertion des enfants en situation difficile. Il a accepté sur prononcer sur la décision du Tribunal de grande instance de Paris condamnant Rodrigues Mingas de 5 ans de prison pour avoir revendiqué l’ignoble attaque du FLEC et invité les jeunes à ne pas négliger l’école, même en étant passionné du football.

À la UneA la UneArtsHistoireIdentité africaineInterviews

Monique Rocourt, ex-ministre d’Haïti : « Nous avons été vendus par nos frères… depuis la Guinée, le Nègre haie le Nègre »

Leçons d’un premier retour aux sources. Du 20 au 22 juin 2017, cette Haïtienne a séjourné au Cameroun le temps du symposium sur l’ancien port négrier de Bimbia, autour du thème : « Bimbia, lieu d’esclavage, mémoire de l’humanité ». Ancienne ministre de la Culture, Monique Rocourt coordonne aujourd’hui à Haïti le programme « Anneaux de la mémoire », qui vise à mieux faire connaître au grand public l’histoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs conséquences actuelles. Elle souligne l’importance d’une reconnexion avec l’Afrique alors qu’Haïti a retrouvé la mémoire de l’esclavage.

À la UneHistoireIdentité africaineInterviews

« Pendant 190 000 ans il n’y avait que l’Homme noir sur la Terre…En 1236, les Africains avaient déjà une constitution », Pr Kum’a Ndumbe III

Le Professeur émérites des universités, historien, politologue et spécialiste des études germaniques, et Camerounais Kum’a Ndumbe III reprend la parole pour demander la décolonisation de l’histoire africaine. Ce projet passe, selon lui, par le retour aux langues du continent, la constitution des archives propres et la collecte des témoignages vivants pour redécouvrir l’Afrique millénaire et la remettre au centre du monde. L’engagement de ce panafricaniste porte sur la renaissance de l’Afrique, la réhabilitation ainsi que l’examen autocritique des cultures africaines et de l’histoire du continent. Il a fondé depuis les années 1980 le centre culturel AfricAvenir…

À la UneDémocratie et gouvernanceInterviews

Hommage : la célèbre web-activiste africaine Anna Gueye racontée par Cheikh Fall

Avec ses plus de 260 000 tweets et 14 600 abonnés sur Twitter, Anna Gueye, Sénégalaise ayant résidé au Pays-Bas, était l’une des plus grandes figures du webactivisme africain. Elle qui, sur les réseaux sociaux, manifestait son engagement pour les droits de l’Homme. L’annonce de son décès le 18 mai 2017 a été vécue par la communauté d’activistes africains comme un coup de tonnerre. Cheikh Fall avec qui Anna Gueye a co-fondé Africtivistes, l’une des grandes communautés de webactivistes en Afrique, revient avec nous sur la vie d’activiste de celle dont l’engagement restera longtemps encore gravé dans les mémoires des Africains. Cheikh Fall parle aussi de projets en perspectives, en mémoire de la disparue.

À la UneDiplomatie et Relations internationalesInterviewsLittérature

Odile Biyidi-Awala : « Les diamants de Bokassa ont coûté la présidence à Giscard d’Estaing, tout comme… à François Fillon »

Malgré le poids de l’âge et de l’inconfort physique qui va avec, elle n’abdique pas. Bon pied bon œil, elle scrute et analyse la vie politique française et africaine avec une finesse et une profondeur qui font d’elle une interlocutrice comme on aime. Lors de son dernier passage à Yaoundé, Odile Biyidi-Awala a bien voulu répondre à nos questions sur divers aspects : la vie littéraire africaine, la Françafrique, les élections en France, les problèmes multiples de l’édition et de la diffusion du livre en Afrique à partir du cas du Cameroun ; et enfin de l’amour de sa vie, l’écrivain Mongo Beti dont elle continue d’assurer, plus de 15 ans après sa mort, l’héritage culturel et la mémoire…

À la UneInterviews

Leonora Miano : « La littérature, l’esclavage, le jazz et moi »

Dans le ciel littéraire africain aujourd’hui, elle est l’une de ces étoiles qui brillent le plus. A 44 ans et après 15 ans d’écriture, celle qui s’est frottée à plusieurs genres littéraires (nouvelle, théâtre, roman et essai) a réussi en effet à devenir l’une des valeurs sûres des lettres d’Afrique. Rencontre avec celle qui gagne l’estime et la considération des instances qui comptent et rafle les prix du Goncourt en France, Grand Prix littéraire d’Afrique noire et le Prix de l’Excellence camerounaise. Ses thèmes de prédilection : l’esclavage, les femmes, le jazz…

À la UneA la UneArtsInterviews

Tiken Jah Fakoly : « Ouattara, Gbagbo, Bédié, ça suffit (…) Alpha Blondy et moi, on ne peut pas aller en boite ensemble »

Exclusif ! La star africaine du reggae, Tiken Jah Fakoly à bien voulu accepter se prêter, mercredi 03 mai, aux questions de This is Africa. Depuis sa résidence de Yopougon, l’artiste panafricaniste aborde avec nous la question de l’immigration vers l’Europe, tance les régimes autoritaires et exhorte la jeunesse africaine à faire pression sur leurs dirigeants pour arracher de meilleures conditions de vie. Il parle de ses projets et aussi de ses relations – qui ont été parfois tumultueuses – avec l’autre icône du reggae, Alpha Blondy, son compatriote. Lecture !

A la UneArts de vivreIdentité africaineInterviews

Lassaad Jamoussi : «Les JTC doivent s’émanciper de l’Etat ! »

Dans cette 2è partie d’un entretien qui a duré cinq quarts d’heure, le directeur des Journées théâtrales de Carthage (JTC) argumente la nécessité pour cet événement de sortir des fourches caudines d’un Etat qui ne peut pas tout faire. De plus, il revient sur le sens des hommages rendus aussi bien aux hommes de théâtre arabo-africain qu’à Shakespeare.

A la UneArts de vivreIdentité africaineInterviews

Lassaad Jamoussi : «L’accessibilité à la culture est un droit fondamental !»

En février dernier, il était reconduit à son poste de directeur des Journées théâtrales de Carthage (JTC), l’un des grands rendez-vous culturels du continent. Et durant cette 18è édition qui s’est tenue du 18 au 26 novembre, il était au four et au moulin, n’hésitant pas à se mouiller afin de faire de son événement une réussite. Au lendemain, il a accepté de s’épancher sur cette édition pour en faire le bilan et en dresser les perspectives. Dans cette première partie, l’acteur et enseignant de théâtre revient sur le sens de la culture et son bilan.